STORY de mon record perso sur 10 kms!

En 2015, un peu plus de trois ans après la naissance de mon 3ème, je battais mon record personnel. Cette année restera peut être ma meilleure année sportive… question de timing, de maturité, de dispositions prises pour m’entraîner dans les meilleures conditions, et car j’avais mis le paquet en planifiant 4 stages de 2 à 4 semaines pour me consacrer totalement et tenter l’expérience d’exploiter au maximum mon potentiel.

cote-puce
Les courses en côte…à consommer sans modération!

Mon record sur 10 kms datait de 2004 à l’âge de 20 ans,

Je sortais d’une saison de cross plutôt réussie,  mon entraînement avait été amélioré à différents niveau. Il ne faut jamais rien lâché et toujours croire en soi en s’armant de patience.

Lorsque j’ai couru mon 10 kms en 36’48 en espoir 1ère anée, je souffrais alors  d’une anémie ferriptive qui n’a pas été diagnostiquée suffisamment tôt pour éviter d’être dans un état de sensations anormal pendant les entraînements et les compétitions… cette carence était peut être déjà liée à l’époque à des troubles intestinaux que des spécialistes ont pointé du doigt à la rentrée 2014.

En 2015, ce problème a été pris à bras le corps, et j’ai remonté la pente grâce au diététicien et au médecin du sport qui m’ont suivi.

 STORY DE MON 10 KMS RECORD

VILLEURBANNES9 semaines après ce gros stage, le coach me prédisait 35’30…

mais c’était sans compter ce jour là que tout serait  réuni pour le surprendre hihihi 🙂 !

Conditions de course avec une météo nickel, et le scénario de course idem.

J’ai pu parfaitement calibrer mon départ pour ne pas me faire sauter la caisse…

3’32 au 1er kilomètre ainsi que sur le 2ème kilomètre…

J’étais 4ème derrière 1 française et 2 kenyanes que j’ai eues en ligne de mire toute la course…

Ensuite, j’ai grapillé et grapillé pour revenir sur elles jusqu’à passer la 3ème (2ème kenyane) au 8ème…

… puis la deuxième (1ère kenyane) au 9ème…

Dernière longue ligne droite, il y avait le grand écran d’affiche avec les chiffres en rouge! Et lorsque je lis le chrono dans les 34 minutes dans la longue ligne d’arrivée, j’ai tout donné sans rien laissé,  j’étais lactique jusqu’aux lobes des oreilles !

J’ai couru le finish le plus long de ma carrière…

500m à serrer les dents (voir la photo en bas d’article :))

A 100m de l’arrivée, les secondes défilaient sur le grand écran d’affichage…

« oh mon Dieu, c’est pas possible!!! »… la 35ème minute allait sonner…j’ai sprinté tout ce que je pouvais comme je l’avais fait le jour de mon podium au nationale sur 3000m steeple… cassé du renard de Ladji Doucouré… et 34’58 !!!

Je l’ai fait!

 

800_Z36A2779